J’ai le droit de me faire du bien !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article participe à l’évènement « Ces pratiques qui vous font du bien » du blog PartageTonBurnOut.fr, organisé par Astrid Le Fur. J’apprécie beaucoup Astrid et son blog pour lequel j’ai fais un témoignage que vous pouvez retrouver ici : https://partagetonburnout.fr/interview-burn-out-parental/.

Depuis plusieurs mois maintenant, j’ai posé le choix de changer des choses dans ma vie.

Suite au burn-out maternel que j’ai vécu à la naissance de mon deuxième enfant, j’ai compris que je ne pouvais plus vivre ma vie comme que je l’avais imaginée, comme je l’avais pensée et idéalisée.

Ce burn-out, pour moi, a été une révélation : je peux apprendre beaucoup de moi et surtout changer les choses.

La vie que je menais ne me ressemblait pas entièrement. J’ai voulu aller à la recherche d’un équilibre entre les différentes sphères de ma vie : la maman, la femme, l’amoureuse et la mompreneuse.

Dans cet article, je vous explique les étapes par lesquels je suis passée (et passe encore) pour prendre soin de moi et qui peuvent vous inspirer !

Osez faire un choix

Cette révélation n’a pas tout transformé du jour au lendemain. Il m’a fallu comprendre qu’il n’y avait rien de magique et que je devais :

1- le décider

2- savoir pourquoi je le fais.

C’est ainsi que prendre soin de moi a commencé à faire partie du programme. Dans un premier temps pour me relever du burn-out, dans un deuxième temps pour prendre de nouvelles habitudes afin de devenir la meilleure version de moi-même.

Dans la quête de mon équilibre, j’ai d’abord appris à me connaître en me faisant accompagner. C’est quelque chose que je faisais déjà mais je n’avais pas été voir au fond, dans les angles morts, ce que je ne voulais pas voir. Je me suis privée pendant de nombreuses années de cette connaissance de moi. Pour différentes raisons : le regard des autres est insupportable, ça peut faire peur, ça peut tout remettre en question, le monde peut s’effondrer !

Oui, nous nous faisons un film de ce qui peut nous arrivons si nous faisons différemment d’avant ou de ce que fait la majorité des gens. Nous pouvons continuer à nous mentir très longtemps. Et ainsi replonger dans un burn-out un jour ou l’autre.

J’ai fait le choix de ne pas retomber dans un burn-out. Dans cette connaissance de soi, j’ai pris conscience que pour obtenir cet équilibre tant recherché, il me fallait penser à moi, rien qu’à moi. Ce que je n’avais pas appris à faire. Je vivais pour les autres et je m’épuisais.

J’ai aussi pris conscience que prendre soin de moi n’était pas chose aisée. Ce n’était ni naturel, ni simple. Je trouvais milles excuses pour ne pas prendre du temps pour moi, pour ne pas me faire du bien.

Je pouvais me mettre une certaine pression à prendre soin de moi : me forcer à faire une activité qui ne me plait pas nécessairement.

Mon premier conseil : soyez égoïste et prenez plaisir à prendre soin de vous !

Me faire du bien

Il y a toujours une solution

Afin d’arrêter de trouver des excuses, j’ai trouvé des solutions.

Dans la vie, il n’y a pas de solutions, il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent. Antoine de Saint-Exupéry

J’ai d’abord testé le sport. Alors que ce mot était synonyme de souffrance, il est devenu source de plaisir.

Aller à la salle de sport, partir courir ou faire du vélo m’a permis de lâcher prise, de mieux gérer mon stress, de retrouver de l’énergie. Une énergie très utile pour se sentir bien dans ses baskets. Une énergie qui me pousse à faire des choses extraordinaires !

Mon conseil avec des enfants : se relayer ou trouver une activité à pratiquer en famille. J’ai acheté un vélo pour l’occasion et nous faisons régulièrement des balades en famille. Un vrai plaisir pour tout le monde, sans avoir l’impression de faire du sport.

J’avais envie de découvrir la méditation, cette technique qui favorise l’attention, la mémoire et stimule le cerveau. J’ai alors réalisé un stage MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction, autrement dit la réduction du stress basée sur la pleine conscience) sur plusieurs mois. L’idée de cette méthode est de ne pas chercher à fuir un état de stress en pensant à autre chose. Il s’agit au contraire de l’observer et de l’accueillir, dans un état particulier de conscience et d’éveil corporel.

Tous les soirs, je m’adonnais à cette pratique une fois que les enfants étaient couchés. La pratique guidée m’était plutôt agréable, j’ai observé certains mécanismes chez moi grâce à la finesse de l’accompagnement de notre guide.

Pour commencer à apprécier cette pratique, je conseille de commencer petit à petit. Lorsque la formation était finie, j’ai compris qu’il fallait avoir un certain entrainement et de la persévérance. Mon challenge était de faire de la méditation une minute par jour. Cela suffit au départ pour en voir les bénéfices.

Choisissez un objet que vous placerez dans un endroit visible et qui vous rappelle votre séance quotidienne.

Mon conseil en famille : attendez que les enfants soient au lit, ou pratiquez en famille grâce à des outils tels que la méditation de la grenouille (pas avant 5 ans) ou Petit Bambou.

J’ai testé le yoga. C’est LE truc à la mode. Je me visualisais en train de faire du yoga sur la plage, telle la nana la plus souple au monde, au coucher du soleil (c’est encore plus sympa). J’ai pris un cours d’essai pour atteindre mon objectif et malgré ma peur. C’était en fin d’année, je débarquais dans un cours où tous les élèves connaissaient les enchainements sur le bout des doigts et des pieds, souple comme des chats. Pour moi, c’était très différent, je me sentais raide comme un piquet, je m’emmêlais les pinceaux sur les enchainements et j’ai eu des courbatures de dingue après la séance.

Mon conseil : renouveler l’expérience plusieurs fois afin d’évaluer si cette activité vous va ou si c’est juste pour être à la mode !

Enfin, pour me faire du bien, ma solution la plus radicale c’est d’écouter de la musique. Je choisis la chanson qui me plait et je danse, je lâche mes énergies, je kiffe. A chaque victoire, aussi petite qu’elle soit, j’ai envie de mettre la musique et de danser. Et ça me fait du bien, ça me redonne de l’énergie et j’intègre peu à peu que les victoires sont plus importantes que les défaites.

Si vous ne testez pas différentes choses, vous ne saurez pas ce qui vous plait.

Pour commencer à prendre une nouvelle habitude, il faut la pratiquer au moins 21 jours. C’est d’ailleurs le challenge que j’ai réalisé à deux reprises avec Astrid “21 jours pour prendre soin de soi” !

Dîtes-moi en commentaire si cet article vous a plu, si il vous a inspiré et ce que vous faites pour vous faire du bien !

A très vite,

Cathy


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cathy Guillaume

Cathy est psychologue et psychothérapeute depuis plus de 10 ans et maman de 2 garçons. Elle intervient auprès de parents épuisés ou de parents qui sont déjà en burn-out parental. Elle intervient également auprès de couples en difficulté. L'arrivée de son deuxième enfant lui a fait découvrir le burn-out parental. Le burn-out maternel pour elle et le burn-out paternel pour son conjoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *