Le déclic

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déclic.

Cela faisait plusieurs jours que mon fils faisait quelques pas. Il en faisait deux, trois puis se jetait en avant dans nos bras. Il n’osait pas en faire plus, alors que nous savions qu’il le pouvait.

Hier, il a eu le déclic. Il a décidé de marcher plus loin, plus longtemps. Il était fier. Et nous aussi.
Depuis il marche, il tombe pourtant mais n’hésite plus, c’est plus facile.

Cela faisait plusieurs semaines que mon grand tentait vaguement de faire du vélo sans les roulettes. Il essayait puis se décourageait aussitôt. Il râlait, disait « j’y arrive pas! » et laissait tomber.
Un jour, il a eu le déclic. Il s’est décidé. Il a retiré lui-même les roulettes et s’est entraîné. Pendant plus d’une heure, sans relâche, en tombant plusieurs fois, non sans râler tout de même ! Et en une heure, il a su faire du vélo. Il était fier de lui! (Nous aussi!)
Depuis, il fait tout le temps du vélo! Son genou en porte les séquelles ce soir…

En observant ainsi mes enfants, j’ai remarqué une chose : il leur suffit d’un déclic pour que les choses changent du tout au tout.
Il leur suffit de décider pour surmonter cette peur qui les empêchait de faire ce dont ils étaient capable.

Pour moi, c’est la même chose.
Il m’a suffit d’un déclic pour changer de vie.
Il m’a suffit de décider de ce moment pour être plus épanouie.
Et cela ne se fait pas sans effort.
Cela ne se fait pas sans travail sur moi.

Vous avez le choix.
Un choix difficile pour une vie plus facile.
Le choix de décider ou non d’avoir une vie beaucoup plus épanouie dans toutes les sphères de votre vie.

le déclic


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cathy Guillaume

Cathy est psychologue et psychothérapeute depuis plus de 10 ans et maman de 2 garçons. Elle intervient auprès de parents épuisés ou de parents qui sont déjà en burn-out parental. Elle intervient également auprès de couples en difficulté. L'arrivée de son deuxième enfant lui a fait découvrir le burn-out parental. Le burn-out maternel pour elle et le burn-out paternel pour son conjoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *